Ici & ailleurs - Prologue


Série : cross-vover Smallville & Merlin

Disclamer : les personnages ne m'appartiennent pas, je ne les emprunte que le temps de mes fics.

Couples : Merlin & Arthur / Lex & Clark

Genre : soft

Ecrit : en 2011 en 2 tomes terminés. Je le relis petit à petit (parce qu'elle en a besoin et que mon écriture était encore à ses débuts). Je ne fais que quelques retouches pour une meilleure lecture, mais il risque d'avoir encore des coquilles.

Publication : même si c'est une réécriture, je ne poste qu'à mon rythme.

Résumé 

Lex a une nouvelle acquisition à montrer à Clark : Excalibur. Ils étaient loin de se douter que cette arme légendaire leur amènerait le Roi Arthur et Merlin l'enchanteur... enfin, entre les livres et la réalité, il y avait des différences...

Prologue : La rencontre


Forêt de Camelot.

.

Alors qu’Arthur et Merlin marchaient dans la forêt, une étincelante lueur réussit à attirer leur regard. Envoûtés et incapable de réfléchir, ils tendirent instinctivement leur main vers elle. Au simple contacte de leurs doigts, ils furent tous les deux projetés dans un tourbillon où leur apparurent de multitude d'images avant que l’obscurité ne les enveloppe.

.

Juin 2006 . Smallville

.

Clark fixait Lex d'un œil interrogateur. Du haut de ses dix-sept ans, il ne comprenait pas ce que Lex pouvait trouver de merveilleux dans cet étrange objet : une épée.

— Pas n'importe laquelle ! s’écria Lex. C'est celle du roi Arthur ! Je t'assure, j'en ai rêvé depuis mon tout jeune âge…et là… Je la tiens entre mes mains… Tu y crois ! Regarde, il y a même le blason de la famille Pendragon !

— Arrête de faire l'enfant, murmura Clark.

— Clark ! C'est l'arme d'ARTHUR ! Tu ne sens pas la magie qui l'entoure ?

Clark dut se retenir de rire, mais voir ainsi agir son ami, le rendait vraiment heureux. La joie se lisait si rarement dans ses yeux que Clark avait parfois l’impression que Lex se laissait aller en sa présence, comme si chaque brique que celui-ci avait dû empiler tout autour de son cœur à cause du père Luthor, n’avait jamais existé.

— Clark ! Viens ! Touche-là !

Clark opina et s’approcha de Lex. Tout en fixant l’objet, la lame lui renvoya une étincelante lumière qui l’aveugla quelques secondes. Lex, inconscient de ce qu’il faisait, saisit la main de Clark qui tressaillit à ce contact. Le temps de recouvrait sa vue, Clark sentit Lex poser sa main sur la lame et une violente vibration parcourut son corps. Dans sa tête, le visage d’un dragon se dessina avant que la lumière ne s’intensifie et les projeta tous les deux contre un mur. Clark ne put contrôler sa chute, formant ainsi un énorme trou.

Légèrement assommé, il jeta un œil à Lex. Celui-ci avachi à l’autre bout de la pièce l’inquiéta. Aussi rapide que le vent, il redressa le corps endormi de Lex et ce fut le moment où deux jeunes inconnus apparurent devant lui. L’un d’eux s’évanouit et le second s’agenouilla sur le premier en l’appelant « sire ! ». Clark profita de cet instant pour les détailler rapidement.

De son point de vue, ce n'était pas des Kriptoniens évadés, ni des extraterrestres. Ce n'était que deux jeunes humains drôlement vêtus : l'un portant une ridicule tunique en maille et l'autre de simple vêtements.

— Qui êtes-vous ? lui demanda le brun en se postant devant le corps du blond.

— C’est à moi de vous poser la question ? s’enquit Clark qui, en se relevant, bloqua son regard sur le dessin coloré du torse du blond. Mais c’est le blason des Pendragon !

.

Merlin n’avait pas le temps d’être surpris. La vie d’Arthur était plus important que ses états d’âme. L’inconnu qui semblait aussi protéger le corps d’un homme ne lui parut pas menaçant, mais aussi inquiet.

— Arthur ? murmura-t-il en se penchant sur son prince.

Clark vivait la scène dans un état second. Si ce blond était le roi Arthur, alors l'autre devait être…

— Merlin ! parla-t-il à voix haute.

— Etes-vous un sorcier ? paniqua Merlin sans lâcher son prince.

— Non, je m’appelle Clark Kent… et vous êtes sur le domaine des Luthor…

— Je suis désolé, je ne connais pas ce roi.

.

.

Quelques minutes après avoir chacun déposé le corps de leur ami respectif sur un canapé, Clark invita Merlin à se rafraichir dans la cuisine.

Tous deux comprirent que leur déplacement temporel était dû à l'épée, que bien sûr, avait créé le jeune sorcier et aucun d’eux ne dévoila son secret. Clark ne croyait pas en la magie et ne voulait pas effrayer son invité venant d'un temps lointain en lui avouant qu’il venait d’une autre planète.

.

Au moment où Clark avait décidé de faire visiter le manoir de son ami au jeune sorcier, Lex se tortilla de douleur. En tentant de se redresser, il tomba littéralement sur le sol, tapant en premier ses genoux avant de plaquer son torse sur le parquet. Au même instant le prince, surpris par le bruit, releva la tête. Il cligna ses yeux plusieurs secondes avant de s'habituer à cette étrange lumière que diffusait le plafond. De là où il était, il découvrit le corps d’un jeune homme sans le moindre cheveu sur la tête. Ce dernier se leva difficilement et se figea en fixant Arthur.

.

Lex ne savait plus où il en était quand il tomba nez à nez devant un jeune homme blond, aux yeux bleus. Ce ne fut qu’en découvrant le blason sur la poitrine qu’il réagit :

— Arthur Pendragon, marmonna-t-il sur un ton affolé et étonné.

— Oui, et vous êtes ?

À peine eut-il certifié son identité qu’Arthur vit l’homme tourner des yeux avant de s’évanouir.

— Lex ! apella Clark en se dirigeant sur lui.

— Arthur ! s'écria à son tour Merlin qui s’avança vers lui. Vous ne craignez rien, sire… répondit le sorcier.

Clark retourna la tête et répéta les derniers mots comme pour lui-même.

— Sire ?

Merlin n’avait pas pu s’empêcher de regarder Clark qui tenait son ami par le bras. C’était une chose que Merlin ne pouvait pas se permettre.

— Oui, c'est ainsi que je l'appelle, dit-il en contemplant Clark.

— Tu n'as pas à te justifier Merlin, intervint le prince sur un ton qu'il voulut serein en tapotant l’épaule de Merlin. Où sommes-nous ? Et qui êtes-vous ?

— Vous êtes en 2006, à Smallville, aux états Unis et dans le manoir de mon Lex, s'enquit de répondre froidement Clark à cet homme.Et je m'appelle Clark.

Devant le regard médusé d’Arthur, Clark fut satisfait de son effet de surprise, faisant dévoiler son sourire.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.
CE SITE A ÉTÉ CONSTRUIT EN UTILISANT